Recrudescence de l’épidémie du VIH parmi les usagers de drogues injectables

Keith Alcorn
Published: 23 October 2013

Une nouvelle épidémie de VIH parmi les usagers de drogues injectables a été observée à Tel Aviv en Israël.

Elle est associée à la consommation de drogues illicites injectables moins chères et on craint qu’une nouvelle épidémie se répande parmi les personnes qui s'injectent des drogues dans d'autres régions européennes. Effectivement, les délégués ont appris qu’une recrudescence du VIH avait été observée chez les usagers de drogues injectables en Grèce et en Roumanie.

Le partage du matériel d’injection usagé et impur peut exposer les usagers de drogues injectables au risque d’infection au VIH et à d’autres infections transmissibles par le sang, telles que les hépatites B et C.

Cependant, les programmes d’échange de seringues et les traitements de substitution aux opiacés ont permis d’assurer la stabilité du taux d’infection au VIH parmi les usagers de drogues injectables à Tel Aviv au cours des dix dernières années.

La résurgence du taux de nouvelles infections a commencé en juin 2012.  La plupart des nouvelles infections au VIH ont été diagnostiquées au moment de l’hospitalisation des individus pour cause d’infections bactériennes graves. Tous les individus concernés étaient héroïnomanes de longue durée et utilisaient les programmes d'échange de seringues.

Tous avaient commencé à s’injecter une substance injectable moins chère, vendue sous le nom de « hagitat » en Israël. C’est un dérivé de la cathinone, connue également sous l’appellation « sels de bain », injecté en association avec de la buprénorphine, un traitement de substitution aux opiacés. Il n’y a eu aucune nouvelle infection au VIH parmi les individus qui ont continué d’injecter de l’héroïne.

La nouvelle drogue injectable moins chère contient des stimulants associés à l'euphorie, à une augmentation du désir sexuel et à un comportement erratique.  L’effet est de courte durée, ce qui pousse les utilisateurs à s’injecter plus souvent et l'injection est un acte très social, impliquant la réutilisation de la seringue.

De nouvelles stratégies de prévention ont été mises en place pour essayer de freiner l’épidémie à Tel Aviv.

Voir l'article intégral sur aidsmap.com (en anglais)

Traductions de Sylvie Beaumont

Community Consensus Statement on Access to HIV Treatment and its Use for Prevention

Together, we can make it happen

We can end HIV soon if people have equal access to HIV drugs as treatment and as PrEP, and have free choice over whether to take them.

Launched today, the Community Consensus Statement is a basic set of principles aimed at making sure that happens.

The Community Consensus Statement is a joint initiative of AVAC, EATG, MSMGF, GNP+, HIV i-Base, the International HIV/AIDS Alliance, ITPC and NAM/aidsmap
close

This content was checked for accuracy at the time it was written. It may have been superseded by more recent developments. NAM recommends checking whether this is the most current information when making decisions that may affect your health.

NAM’s information is intended to support, rather than replace, consultation with a healthcare professional. Talk to your doctor or another member of your healthcare team for advice tailored to your situation.